LE PETIT NICOIS

Exclusif : à Opio, le rond-point tragique porte désormais son nom... qui conduisait ce putain de camion ?

Exclusif : à Opio, le rond-point tragique porte désormais son nom... qui conduisait ce putain de camion ?

27ans après la mort de Coluche, les circonstances de l’accident continuent d’engendrer de folles rumeurs. Un seul homme connaît la vérité. Il s’agit du routier qui conduisait le camion de 38 tonnes qui a percuté sa moto. Le Petit Niçois l’a retrouvé.

Ce dimanche, quelqu’un d’important manquait à l’appel de l’inauguration du rond-point en hommage à Coluche. Au même moment, celui-ci était en train de disputer une partie de pétanque à Saint-Laurent-du-Var.

Nul doute qu’il est pourtant le mieux placé pour répondre aux mystérieuses questions qui entourent la mort du fondateur des Restos du Coeur. Son absence n’a, malgré tout, surpris personne. Et pour cause, voilà maintenant 27 ans que cet homme s’est volontairement plongée dans l’anonymat.

Le destin brisé du routier

« Je ne l’ai pas vu. Il a débouché. Je l’ai vu quand il a tapé là. Qu’est ce que vous voulez que je vous dise d’autre ? Il allait vite, très vite ! ». Hormis ces quelques mots balancés au micro d’Antenne 2, le routier qui conduisait le camion qui a percuté Coluche de plein fouet le 19 juin 1986, n’a plus jamais donné signe de vie. C’était jusqu’à ce que Le Petit Niçois remonte sa piste...

Quand on visionne à nouveau les bandes du J.T annonçant le décès de l’humoriste, un détail saute aux yeux. Mis à part sa chevelure grisonnante, ce grand gaillard d’1m80 n’a pas changé. Le routier en question s’appelle Albert Ardisson. Il est aujourd’hui âgé de 75 ans.

Après avoir longtemps officié en qualité de chauffeur poidslourd dans les carrières de sable de la région niçoise, il profite actuellement d’une retraite bien méritée à Carros-village, sur les hauteurs de Nice. « J’ai toujours vécu ici », indique d’un large sourire celui que tous surnomment « Bébért ». Toutes ses journées, il les passe à siroter des pastis à « L’Amicale Bouliste Plan De Carros », un club de pétanque situé sur la place Louis Frescolini.

Premier constat : nous sommes bien loin de l’image véhiculée par Antoine Casubolo, auteur de « Coluche l’accident, la contre-enquête ». Et bien que de l’eau ait coulé sous les ponts, Albert n’a pas changé d’avis. Cet épisode de sa vie, il le qualifie toujours de « très grave ». « Une longue affaire qui dure depuis 30 ans », tonne-t-il, exaspéré. Pour cet arrière grandpère, tout a déjà été dit.

Son camion a percuté la moto de Coluche alors qu’il effectuait un virage sec à gauche. Rien de plus. De fait, il se refuse à tout commentaire. Traumatisé par ce tragique accident, il a d’ailleurs traversé une longue période de dépression. Pour éviter d’en parler, il a justement trouvé un subterfuge.

Il raconte à tout va qu’il est le père du célèbre animateur, Thierry Ardisson. « Généralement, cela coupe court à toute discussion ». On est donc bien loin de cette réalité fantasmée par les adeptes de la théorie du complot gouvernemental. On en vient même à se demander s’il existe vraiment une affaire Coluche… « Ce n’était qu’un banal accident de la route », conclut Thierry Occelli, maire d’Opio.

Olivier Porri-Santoro

Photo : © DR

Sur le même thème

Pratique